L’asperge du Québec aime nos pissenlits !

Je vois de plus en plus d’annonces au sujet du pissenlit. La collectivité est invitée à laisser pousser les dents-de-lion durant le mois de mai pour aider sa pollinisation. Notre pissenlit est plus connu comme mauvaise herbe que pour être mangé en salade. Pourtant, les Européens consomment ses feuilles, sa racine, ses boutons floraux et les fleurs depuis plusieurs siècles.

Saviez-vous que le pissenlit aimait notre asperge du Québec ?
L’asperge fait partie des premiers légumes disponibles à l’épicerie au printemps. On en retrouve des vertes, des blanches et parfois des violettes. L’asperge est en fait la jeune pousse comestible qui sort d’une tige souterraine que l’on nomme « griffe ». Cette griffe peut produire pendant 15 à 20 ans. À maturité, l’asperge n’est plus comestible. La verte est cueillie à environ 15 cm. Je les adore quand elles sont fines pour les griller juste quelques secondes sur un BBQ avec quelques flocons de sel de mer «Saint-Laurent » et des feuilles de pissenlit. Quand elles sont plus grosses et coriaces, je préfère les éplucher légèrement à l’économe, et éventuellement faire des chips avec les pelures. La blanche qui pousse à l’abri de la lumière est plus tendre, mais moins goûteuse. J’adore les manger avec une noix de beurre de pissenlit, quelques morilles, des noisettes et du persil frais.

Les violettes sont cueillies lorsqu’elles sortent de la terre de quelques cm. On préférera une asperge ferme et cassante. Le temps de cuisson est important. Si vous les cuisez dans l’eau bouillante, plongez-les immédiatement dans de l’eau glacée par la suite. Selon le mode de cuisson, sa structure aromatique change.

Un sauvignon blanc s’accorderait avec une asperge cuite à la vapeur, alors qu’une asperge grillée ou poêlée se savourerait avec un verre de cabernet sauvignon ou de malbec. Quand l’asperge verte est au menu, optimisez une légère cuisson dans l’eau pour rejoindre des aliments complémentaires comme notre fameux pissenlit. Apportez de la fraîcheur et de la richesse avec une crème fraîche maison, du concombre croquant et des noix.
Peut-être, allez-vous regarder le pissenlit différemment à l’avenir, et réfléchir comment accommoder cette mauvaise herbe à notre asperge du Québec.